B2C n°7 Décembre 2009

Click here to load reader

  • date post

    21-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    0

Embed Size (px)

description

B2C Hors Série 1 - Mai 2008

Transcript of B2C n°7 Décembre 2009

  • Una no)e di felicit

    Al momento dellano9e tranquilla,Francesca si addor-

    menta.Pero, non sa che sta per

    vivere unavventura magnica. A poco a poco, cade nelprofondo sonno. Limmagine diventava una mano che laimbarcai nellavventura riempita demozione. Vede unviso complatamente familiale ma troppo dierente dalsuo ricordo. Era suo fratello che si trova nella pezza fe-tarda dove lagente veniva dappertu9o, solamente per vi-sitare Capri, lisola piccola dellincontro.

    La suite en page 3

    Journal du lyce Saint-Exupery - bruit2couloir.free.fr - Hors Srie - Mai 2008

    PosiesSacr Patrick Pipaud !Sa meilleure Posie P 2

    NouvellesUna Notte di FelicitMeurtrires ressemblances!!!! P 3 & 4

    Le journal qui na pas peur des mots !

    Une posie litalienne !

    (Mon

    tage

    :Max

    ime

    Gam

    mai

    re)

    Hors srie :Quand les plumes se rebellent !

    Bonnes vacances !et lanne prochaine !

    Photo : DR

  • Bruit de couloir - Page 2

    Un anOn se souvient tous de ce jour par8culier,Quand on nous a malheureusement annonc,La perte dun de nos tres chers,Qui repose actuellement sous terre.

    En un an, il sest pass des choses,Un autre vnement tragique est arriv,Tout ce que la vie nous propose,Fini toujours par nous tre arrach.

    En ces sombres jours,La lumire laisse place aux tnbres,Cela cest pour toujours,Que la joie laisse place aux tnbres.

    On narrte pas de penser toi,Mais la vie cest comme ,Mais la vie est ainsi,Tu nous manques, cousin chri.

    Rossinfeld Florent T STG3

    Posie : lenvie dcrire ...

    Les portes de lespranceDepuis trop longtemps,Cest vrai, ja9ends,Que le malheur soit banni,De mon trange vie.

    Je veux ouvrir les portes de lesprance,Je veux fermer celles de la violence,Je veux ouvrir les fentres dun monde,O rien nest vraiment immonde.

    Trouvons ce monde o la violence,Laisse sa place enn lesprance,Je peux ouvrir les fentres dune terre,O le chaos soit balay comme de la poussire.

    Je veux ouvrir les portes de lesprance,Je peux fermer celles de lignorance.Je veux ouvrir les fentres dun endroit,O ne vit pas le dsarroi.

    Rossinfeld Florent T STG3

    La mort ma envahi...La mort ma envahiEnivrant mon cur dmoiElle a pris place en moiSans aucun mprisLa ammeA qui9 mon espritDsol dexisterMon corps sest dsintgrComme un rve au paradisDe toute faonRien ne me convenaitDans ce prsent dboussolIsol de tout treJe vivais en cap8vitEvoluant la ver8calitDune envie de paratreMais voilEntre apparatre et disparatreIl me sera peut-tre donn le droit de renatreSoit lLa mort ma envahiTelle est mon ide matreMeurt et devient un treQui la lumire spanouitCe chemin je lemprunteChaque fois lamenantSur le point imminentOubliant ltreinteChaude et passionneDe deux corps enchevtrs

    Qui cherche saimerDsormais le sang sera glacDans mon cercueil dacierJaurais une dernire pensePour ceux qui encombrent lautoritDans ce9e trange ralitEt puis je men iraiUn dernier voyageSrement le plus sageLe regard braquSur une ide de libertJe me fais embarquerDsormais ma vie appar8ent lternit

    Dcembre 2007 Pipaud Patrick

  • Bruit de couloir - Page 3

    Meurtrires ressemblances !!!!Plantons le dcor : Fvrier 2008,Avenue Ravioli dans un petcaf 15h, sur une terrasse ausoleil o la neige tombe.

    New York City.

    Il est vrai que chacun essaye tou-jours de ressembler autre chose, leplus souvent pour la race humaine, ilsagit de ressembler quelqu'und'autreEtant donn que je n'ai pas croisbeaucoup de jeunes lles d'unequinzaine d'annes voulant ressem-bler un photomaton (mais il fautl'avouer, je n'en ai pas beaucouprencontr non plus qui s'inspiraientd'une personne grosse, laide, etcompltement idiote oui, je vousl'accorde, ce n'est pas trs a:rant),donc la ques8on est : qui ressem-bler ???Les gens qui sont "les modles re-produits" par les autres (qui eux, sont enmanque de personnalit totale), sontgalement des personnes qui s'inspirentet convoitent la beaut de quelquechose. Les personnes clbres sinspi-rent, tout comme nous, d'autres per-sonnes

    Crer quelque chose de nouveau

    Alors au nal, qui essayons nous de reco-pier ?La personne que nous copions est djune vulgaire copie d'un autre, dont on nesait mme pas le nom ! Il faudrait tout demme tre capable diden8er QUI ESTnotre source d'inspira8on, non ? Pourcertains, lexpression source d'inspira-8on est bien faibleCar s'inspirer est tout fait normal, les-sen8el consistant pouvoir faire EVO-LUER les sources d'inspira8on, pourpouvoir crer quelque chose de NOU-VEAU. Certains ne dforment rien etlaisse tout cela frachement cueilli, ouplutt mme vol Ils se ressemblenttous se copier les uns les autres, maisparfois l'un deux sort du lot, car il a eul'ide d'y me9re de la bonne volont, dene pas tre fainant comme les autres!

    Je sais, c'est dur de rchir. Il est bienplus simple de faire comme les autres, derver d'tre riche et clbre, plutt quede s'iden8er une chose moche mmesi elle est brillante. Tout le monde est

    comme cela, cest dsesprant ! Il n'y a aucunplaisir vouloir tre le portrait crach, la platecopie d'une actrice de cinma, il faut savoir y me9re du sien . Me9re notre personnalit danstout ce que nous faisons, et ne pas se transfor-mer en une stupide bte de foire. En un moutonsuivant btement le troupeau : car il se pourraitbien que la premire pauvre brebis soit une cen-tenaire (et qui sait, peut-tre mme une brebiscentenaire acaritre !) qui, ne voyant pas plusloin que le bout de son nez, tombe de la falaise,en emportant avec elle tous ses ex-congnres !

    Une solu(on tout ce massacre ?

    Je me le demande sil en existe une Je remer-cierai celui qui inventera les lune9es pour Bre-bis hors-service (et srement acaritre,noublions pas ce dtail, pe8t certes, mais fran-chement important !).

    Se crer son monde soi

    Et aprs tout, pourquoi cri8quer ? Allons mainte-nant voir un peu de lautre ct, dans le sens in-verse de mes paroles prcdentes...Je naime pas les cri8ques gratuites et non fon-des. Jessaye donc de trouver des bons ctsdans chaque chose, car rien nest tout mauvaisou tout parfait. La perfec8on nexiste pas, ni dansun sens, ni dans lautre. Et contrairement ceque pouvaient croire les Humanistes, la chose aumonde qui est la moins perfec8ble, cest bienlHomme. Dailleurs, tre parfait serait dunennui fatal ! Imaginez, tous, nous cri8quons,nous drangeons et nous mentons ! Ne dites pasle contraire, sinon vous seriez dj exclus du

    monde parfait. Mais en lavouant,vous avoueriez ne jamais y treentr

    Alors o est le juste milieu ? Que faut-il faire : suivre ? copier ? Sur quoiprendre exemple ?Il faut srement se crer son monde soi, dans lequel notre vision de la per-fec8on sera possible, o nos gots etnos dgots seront mrs et vrais. Oulon ne se men8ra jamais soi-mme.Et cet endroit, situ au n fond de nosentrailles, nessayera pas de ressem-bler quelquun dautre ; pour cela, ilinventera chaque jour un nouveaubrin de personnalit et un nouveaudsir de connatre ce quil est ; chaque pas sur le bitume noir etchaud en t et gel lhiver, surgiraune nouvelle ide qui sera parfaite. Etpersonne naura le droit de cri8querou de vous faire changer davis sur CE

    QUE VOUS TES.

    De vulgaires choses moches

    Car personne na le droit de vous cri8quer sansjugement. Qui sont-ils pour juger les autres ? Jene connais aucun diplme sanc8onnant descomptences en tant que Grand Gourou Cri8-queur ! Et pourtant, on croise tellement demembres dans ce9e secte ! Mais ils se ressem-blent tous, et nalement ce sont eux qui ne sontque de vulgaires choses moches Car lint-rieur, une bombe nuclaire a dtruit leur pe8tjardin secret, a dtruit la perfec8on quy pouvaitles sauverIls sont srement irrcuprables A moins queje trouve quelquun capable dinventer de lEn-grais pour cur , car cela ne semble pas exister(peut-tre chez Gam Vert, j'irais regarder ceweek-end !).

    Les deux grandes inven(ons du sicle

    Il faut donc bien lavouer, les deux grandes in-ven8ons du sicle, seront peut-tre (il faut les-prer) des Binocles pour Chef de TroupeauBigleuse ou encore de lEngrais de Gre-nouilles , capables de ressusciter un brin desen8ment sincre chez tous les Dmunis decoeur du monde.

    Hlose PRIM

    Photos : DR

  • Bruit de couloir - Page 4

    Una notte di felicitAl momento della no9e tranquilla, Fran-cesca si addormenta.Pero, non sa che sta per vivere unavventuramagnica. A poco a poco, cade nel profondosonno. Limmagine diventava una mano che laimbarcai nellavventura riempita demozione.Vede un viso complatamente familiale matroppo dierente dal suo ricordo. Era suo fratelloche si trova nella pezza fetarda dove lagente ve-niva dappertu9o, solamente per visitare Capri,lisola piccola dellincontro. La sera per festeg-giare lincontro, una grande festa organizzataper ques8 giovani. Ballavano, ridevano, si diver-8vano sano e salvo, prendono una scala moltolunga che potevamo cara9erizare la Via sacra al tempo dei Greci. Il sogno si approfondivaman mano che salivano e prendevano in al8tu-dine. Alla sommit da Capri, Francesca e Valen-8no si prendevano mano nella mano, tu: e duesi misero a pensare. Vedono luomo alla cinturarossa che cantava per vivere, le donne tu9e 8-mide ma anche viziose per approdare degliuomi, il pi9ore tanto appassionato. Notaronouna porta magica e misteriosa alla forma. Entra-rono e crearono : E magnico !Era un ristorante complatamente fantas8ca chepreparava tu9e le specialit italiane, il paradisoper i giovanni. Si installarono e Francesca ordinail suo piano ed anche suo fratello. Quandohanno comminciato a mangiare, si raccontaronocome era la vita di Francesca senza suo fratello.Valen8no vede vicino del ristorante, il villaggioda Pompei. Lo guardarono con ammirazione, lovisitarono ed ammirarono le vecchie condizionidi vita, i vecchi modi di vivere, tu9a la cultura an-8ca, le sculture molto importante per gli italianiperch er